©DR

Le port américain renonce à son appel à propositions visant à construire et à exploiter un nouveau terminal de croisière au Terminal 46.

Le développement du terminal avait été proposé dans le but de renforcer les capacités de Seatle en vue de répondre au boom des croisières en Alaska, dans le nord-ouest du Pacifique et sur la côte ouest. Le port dispose déjà de trois postes d'amarrage pour les croisières dans ses deux terminaux existants.

L’autorité portuaire jusitife sa décision en invoquant la nécessité de « mieux comprendre les impacts du Covid-19 sur le marché de la croisière avant de poursuivre l'investissement dans le projet ». L'industrie de la croisière a été sévèrement touchée par la pandémie, notamment en raison de la suspension des opérations partout dans le monde, réduisant à néant les revenus du secteur. Les plus grands noms de l'industrie, comme Carnival et Royal Caribbean, ont fait état de pertes massives et se sont lancés dans une quête aux liquidités. Les deux plus gandes compagnies mondiales ont annoncé des cessions et envoyé à la casse leurs premiers paquebots afin de réduire les coûts.

L'industrie de la croisière prolonge encore la suspension des opérations 

Si les croisières pourraient reprendre en Europe dans les prochaines semaines – l’Agence européenne pour la sécurité maritime (AESM) et le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (CEPCM) viennent d’élaborer un guide pour une « relance progressive et sûre des opérations des navires de croisière dans l'Union européenne » –  elles restent suspendues à l’échelle internationale, et a fortiori aux États-Unis où le Covid est loin d’être maîtrisé.

« Notre priorité actuelle reste la santé publique, explique Steve Metruck, directeur général du port de Seattle. Nous continuons à travailler avec les autorités de la santé publique et les parties prenantes des croisières pour déterminer les procédures qui rendront nos terminaux et installations de croisières sûrs pour la communauté, les passagers et l'équipage en 2021. Les deux dernières décennies de croissance ont prouvé que la demande pour des crosières était pérenne. Lorsque nous le pourrons, nous convertirons cette demande en davantage d'opportunités commerciales et d'emplois pour notre région. »

Avant la pandémie, les autorités portuaires prévoyaient une année record avec 233 escales de paquebots en tête de ligne à Seattle en 2020.

La rédaction