Une marée noire, provoquée par un écoulement de plus de 400 t de pétrole brut, se répand depuis le 3 octobre le long des côtes californiennes. Elle serait liée à la fuite d’un oléoduc.

Les autorités américaines tentaient le 3 octobre de contenir la nappe d'hydrocarbures qui s’est répandue au large du comté d’Orange, en Californie, couvrant près de 34 km2 et dont les dégâts sur la faune étaient d’ores et déjà visibles : de nombreux poissons et oiseaux ont été retrouvés morts sur la côte ou recouverts de pétrole. Tous les efforts sont déployés pour éviter que la nappe n’atteigne la réserve écologique de Bolsa Chica alors que celle Talbert Marsh (Huntington Beach) avait déjà été atteinte.

L'origine de cet écoulement, estimé à plus de 400 t de pétrole brut, serait liée à la fuite d'un oléoduc – le nom de l’exploitant diverge selon les sources –  à environ 9,6 km de la côte. La plateforme Elly, identifiée comme étant la source du déversement, est exploitée par Beta Offshore. Mis en service en 1980, elle est l’une des 23 plateformes de ce type, dont deux sont en cours de déclassement. Elle est utilisée pour traiter le brut extrait avant que le produit ne soit transporté par pipeline vers Long Beach.

Les gardes-côtes américains doivent renseigner plus précisément les circonstances. En attendant, des barrages flottants ont été déployés et la pêche y est interdite.

La rédaction