Les États-Unis ont annoncé le 15 janvier de nouvelles sanctions contre des compagnies en Iran, en Chine et aux Emirats arabes unis (EAU) pour avoir commercé avec IRISL.

La stratégie de la pression maximale sur l’Iran de l’administration Trump se poursuit à quelques jours de l’investiture du président démocrate Biden. Le secrétaire d'État américain, Mike Pompeo, a annoncé que Washington avait sanctionné sept sociétés et deux personnes pour avoir envoyé de l'acier en provenance de ou vers l'Iran. Mike Pompeo a ajouté avoir élargi le spectre des sanctions relatives aux métaux.

« Il faut enrayer cette mécanique qui n’a fait que renforcer le risque et la menace », a indiqué Jean-Yves Le Drian dans un entretien au JDD ce dimanche 17 janvier. Le ministre français des Affaires étrangères soutient que l’Iran est en train de se doter de la capacité nucléaire. Il est urgent, selon lui, de faire en sorte que les États-Unis et l’Iran reviennent dans l’accord de Vienne. Sous la présidence de Joe Biden, Washington devrait redevenir partie prenante de l’accord sur le nucléaire iranien, signé en 2015 par l’administration Obama alors qu’il occupait la vice-présidence.

La rédaction