Selon le fournisseur d’informations financières sur les marchés Refinitiv, les expéditions françaises de blé tendre hors de l'Union européenne sont tombées à leur plus bas niveau décennal pour le mois de mai.

Après un mois d’avril où les chargements avaient totalisé 665 600 t, les exportations de blé tendre vers des destinations hors de l'UE-27 et de la Grande-Bretagne ont totalisé 273 600 t en mai, au 11e mois de la campagne 2020/21 en cours, selon une première estimation basée sur les données de chargement de Refinitiv, société de données de marché. Il faut remonter à la saison 2009/2010 pour trouver un niveau aussi faible. 

Les expéditions de céréales vers toutes les destinations à partir des ports français ont atteint 782 700 t, ce qui est aussi le volume le plus faible jamais enregistré en mai. Sachant que la plupart des céréales françaises exportées au sein de l'UE ne sont pas transportées par voie maritime.

La fin de la saison est rarement une période d’accélération, les stocks diminuant. D’autant que la récolte française a été plus faible l'été dernier. La mauvaise campagne est donc largement anticipée depuis des mois. 

La Chine, premier client du blé français

La Chine et Cuba, deux premiers clients français hors UE

L'Algérie a représenté les trois quarts des expéditions de blé tendre de mai en provenance de France, en important 212 900 t. Aucun chargement vers le Maroc n’a été enregistré en mai tandis que les envois de blé pour la Chine se sont ralentis après des volumes élevés plus tôt dans la saison. Les exportations d'orge fourragère ont atteint 236 500 t en mai, toutes destinées à la Chine et supérieures aux 168 900 t d'avril, exclusivement à destination à la Chine. 

Cuba s’affirme en tant que deuxième importateur hors UE de blé tendre français, avec 25 000 t. Les douanes, qui comptabilisent les données une fois que les navires ont quitté la France, devraient délivrer un autre aperçu.

La rédaction

Photo ©Paul de la Monneraye