La Royal Navy va escorter les navires marchands battant pavillon britannique dans le détroit d'Ormuz, en raison de l'escalade de la tension entre l'Iran et les États-Unis.

La Royal Navy is back. Même cause, même effets. Après avoir été dépêchée au large des Émirats arabes unis entre juillet et novembre 2019 suite à l’escalade des tensions qui avaient suivi l'arraisonnement par l'Iran du pétrolier suédois Stena Impero, naviguant sous pavillon britannique, la marine nationale britannique est de retour dans les eaux du golfe persique. Elle est déployée pour escorter les navires marchands qui transitent dans ce point de passage stratégique pour le commerce mondial de pétrole.

L’annonce a été faite par le ministre britannique de la Défense dès le samedi 4 janvier, au lendemain de la mort du général iranien Qassem Soleimani en Irak au cours d’un raid américain orchestré par Donald Trump.

 Ben Wallace a indiqué que deux navires de guerrre, la frégate HMS Montrose et le destroyer HMS Defender, « reprendront leurs escortes de navires commerciaux battant pavillon britannique » .

Le détroit d'Ormuz, situé entre l'Iran et le sultanat d'Oman, est particulièrement vulnérable en raison de son profil géographique, goulet d’étrangement de 50 km de large. 

La rédaction