La taxe sur la durée de séjour des conteneur non évacués des quais, qui devait entrer en vigueur le 15 novembre, est reportée au 22 novembre. 

Décision d’ordre politique ou sursis offert aux compagnies face au reflux observé depuis que la nouvelle a été brandie ? À compter du 15 novembre, il était prévu – et négocié entre l’administration de Joe Biden les commissions portuaires des deux ports – que les ports de la côte ouest-américaine factureront, de façon graduelle, 100 $ pour chaque conteneur par jour dans deux catégories. Pour ceux qui doivent être transportés par la route, les compagnies devront payer à partir du neuvième jour et pour ceux évacués par le rail, à partir de trois jours. Le montant initial de 100 $ par conteneur et par jour devait ensuite croître par tranches de 100 $ pour chaque jour suivant (c'est-à-dire 200 $ pour le deuxième jour, 300 $ pour le troisième et ainsi de suite).

Si 82 porte-conteneurs attendaient toujours au large des côtes californiennes la semaine dernière, avec un temps d'attente moyen au mouillage de 16,9 jours, le nombre de conteneurs à quais se serait résorbé depuis l’annonce de mesures coercitives le 25 octobre. Le 12 novembre, il n’y avait plus que 40 700 boîtes jonchant les quais depuis plus de neuf jours dans les deux ports alors qu’ils étaient au nombre de 59 800 le 9 novembre. Long Beach seul en comptabilise 20 % de moins par rapport à la fin du mois d’'octobre. Les ports ont-ils reporté leur projet de redevance en raison de ces progrès ? Il a été annoncé le 15 novembre qu'ils « reportaient jusqu'au 22 novembre l'examen du "Container Dwell Fee" », invoquant une réduction de 26 % des « conteneurs de longue durée ». 

Réticences des chargeurs ?

« On a constaté une amélioration significative du dédouanement des conteneurs d'importation sur nos quais ces dernières semaines », explique Gene Seroka, directeur général du port de Los Angeles. Selon son homologue à Long Beach, Mario Cordero, « il est clair que tout le monde travaille ensemble pour accélérer le mouvement des cargaisons et réduire l'arriéré de navires au large des côtes aussi rapidement que possible. »

Le premier jour d’entrée en vigueur, Long Beach comptait 19 656 conteneurs sur ses terminaux qui auraient été soumis aux frais de retard et quelque 29 249 conteneurs à Los Angeles (hors conteneurs transportés par rail). Une valeur sur une seule journée de 4,8 M$ !

Dans courrier adressé à la Commission maritime fédérale (FMC), autorité de régulation du transport, 85 associations d'entreprises, dont la National Retail Federation, se sont montrées particulièrement préoccupées par l'annonce faite par les transporteurs de leur intention de répercuter les frais sur les propriétaires des cargaisons qui « ajouteraient des coûts substantiels à la chaîne d'approvisionnement ». 

Depuis son annonce, le plan ne fait pas l’unanimité chez les chargeurs, que certains avaient qualifié de « fou » et « farfelu ». 

A.D.

Photo : Port de Long Beach ©LB