Après avoir volé de record en record pendant vingt semaines consécutives, l'indice SCFI accuse pour la première fois un léger repli.

Le Shanghai Containerized Freight Index (SFCI), l’indice de référence, qui suit les taux spot du fret conteneurisé au départ de Shanghai vers un grand nombre de ports dans le monde, se grippe un peu. À 4 614,1, la baisse de 0,6 % n’est pas de nature à infléchir la tendance mais il s’agit de la première stabilisation depuis cinq mois. Les taux de fret au comptant (négociés à moins de 30 jours) refluent surtout sur le trade transpacifique, une évolution que des analystes comme Alphaliner estime « temporaire » car liée à la Golden Week et aux évolutions à la hausse des prix du brut, qui ont atteint cette semaine leur plus haut niveau depuis 2014.

Casser le thermomètre ne fait pas baisser la fièvre. Les symptômes ne disparaissant pas, les taux devraient se maintenir à des niveaux élevés au moins jusqu’à la fin du premier trimestre 2022, selon les avis convergents des compagnies. Le temps de traiter toutes les causes. Une conjonction inédite d’une forte demande, d’une pénurie de conteneurs et de navires et d’une congestion portuaire mondiale sans équivalent font le lit de de ces échauffements.

Le SCFI aura augmenté de 226 % cette année.

Les taux d’affrètement restent, eux, vigoureux. La pénurie importante de navires, qui affecte la plupart des tailles, maintiennent les tarifs à des niveaux élevés. Après deux semaines de stabilisation, ils sont repartis à la hausse. Les panamax classiques et les unités de 2 700 à 2 900 EVP ont été négociés à des niveaux sommets en raison d'une forte augmentation de la demande sur cette taille.

Les taux ne devraient pas fléchir car la demande dépasse de loin l'offre, dans un contexte où les marchandises s’échangent à des niveaux historiques. La congestion, qui extrait du service 300 navires (en attente d'un poste d'amarrage dans les ports chinois et américains), alimente la surchauffe. Parallèlement, la semaine (actuelle) de jours féries en Chine (Golden Week) en Chine, qui correspond en principe à une saison terne pour le transport maritime, n’en est pas une pour la seconde année consécutive.

A.D.

Photo : ©Seaspan

Sur le même sujet