Des représentants de la Fédération internationale des ouvriers du transport sont montés à bord du porte-conteneurs saisi pour s’assurer de l’état de santé des membres d’équipage. Ils sont pris en otage dans le conflit qui oppose les autorités égyptiennes avec le propriétaire et l’assureur du navire. 

Des représentants syndicaux égyptiens de l'ITF sont montés à nord du navire à l’origine du blocage du canal de Suez pendant une semaine et aujourd’hui retenu par les autorités égyptiennes dans l’attente de la somme réclamée au titre des dommages et intérêts (916 M$).

« L'équipage de l'Ever Given est de bonne humeur, se porte bien et heureux de la solidarité de la famille mondiale des gens de mer qui s’exprime à leur égard, a relayé un des émissaires de l’ITF dans un comuniqué. L'équipage est naturellement sensibilisé en ce moment, inquiet des différends entre les autorités et les autres parties prenantes. Ils sont impatients de prendre la mer, ou au moins de savoir qu'ils pourront rentrer chez eux et voir leurs familles si le navire ne peut pas quitter l'Égypte prochainement. »

Ever Given : le déchargement des conteneurs envisagé

Demande de libération

Aucune violation des salaires ou des contrats des 25 marins n’a été violé et et les salaires pour le mois de mars ont bien été versés. L'équipage ne manque pas de vivres et l’ITF indique avoir fourni des appareils permettant à l'équipage de se connecter à Internet.

Le National Union of Seafarers of India (NUSI), qui représente les intérêts des marins, a fait valoir auprès des égyptiennes que leur libération devait être assurée conformément aux conditions normales de l’exercice de leur contrat. « Nous demandons instamment aux autorités égyptiennes de garantir que tous les membres de l'équipage de l'Ever Given seront autorisés à partir à la fin normale de leur contrat de travail. Nous ne pouvons pas admettre une situation où l'équipage est effectivement pris en otage alors que des négociations financières qui ne concernent pas les marins se poursuivent entre les parties. »

Alors que les conditions de l’accident ne sont pas éclaircies – une enquête est en cours – l’ITF prévient d’emblée qu’elle combattra toute accusation qui laisseraient accuser injustement les marins dans les événements qui ont conduit au blocage du canal. 

L'Ever Given séquestré pour la seconde fois

Nouvelle injustice

Les marins paient un lourd tribut à la crise depuis de long mois, indique pour sa part le président de la section des gens de mer de l'ITF, David Heindel. « La pandémie, puis la crise du changement d'équipage ont bouleversé leur vie, certains membres d’équipage ne peuvent pas être relevés car leur mobilité est contrainte. Beaucoup se sentiraient à juste titre assez en colère si, après tous leurs sacrifices, leur profession est injustement associée à un événement clairement indépendant de leur volonté. Il est temps de traiter les gens de mer comme des travailleurs clés avec le respect qu'ils méritent et nous pouvons commencer par faire en sorte que chaque membre d'équipage de l’Ever Given rentre chez lui auprès de sa famille à la fin de son contrat respectif », exhorte David Heinel.

La rédaction

Poto : Les représentants de l'ITF ont effectué un contrôle social de l’équipage de l’Ever Given (© ITF)