Les légères fluctuations qui apparaissent lorsque le carburant est testé pour sa teneur en soufre ont été intégrées dans les nouvelles réglementations de l'OMI. Une tolérance permettra de s'écarter du seuil fixé à 0,5 %.

Le MEPC75 (Comité de protection du milieu marin) de l'OMI, qui s’est tenu du 16 au 20 novembre, a relevé le seuil de 0,03 % pour tenir compte des fluctuations qui peuvent se produire entre les différents tests de laboratoire. Et un résultat de 0,11 % est toujours dans la marge de 0,1 % de soufre, selon le document publié par l'OMI.

Cette décision a été saluée par l'Association internationale des industries de soute (IBIA, International Bunker Industry Association). Mais elle ne s'appliquera pas avant 2022.

La rédaction