La compagnie japonaise et le géant minier brésilien vont mener une étude conjointe en vue de l'installation de voiles à rotor sur un vraquier de 200 000 tpl transportant du minerai de fer.

La propulsion éolienne Rotor Sail pour vraquiers. MOL et Vale s’associent pour en étudier la faisabilité technique et commerciale. Elle sera menée sur un capesize de 200 000 tpl actuellement en opération pour transporter du minerai de fer. 

Il s’agira notamment de définir le nombre de voiles de rotors à installer et l'effet en termes de réduction de gaz à effet de serre. Les rotors seront fournis par le fabricant britannique Anemoi Marine Technologies, qui a installé la première voile de rotor au monde sur un ultramax de nouvelle construction en 2018.

En mai, Vale avait annoncé l'installation de rotors Flettner du fabricant finlandais Norsepower sur le pont d'un tout nouveau VLOC, le Sea Zhoushan, affrété à Pan Ocean Ship Management, son propriétaire.

Il s'agissait alors, selon le fabricant, de la première installation sur un vraquier de cette taille (325 000 tpl) de cinq mâts de 24 m de haut et 4 m de diamètre. Avec cet équipement, le coût de soute devrait être réduit de 8 %, garantissait Norsepower, tandis que les gains d’émissions de CO2 sont estimés à 3 400 t par an. Selon l’équipementier, la propulsion assistée par le vent permet de se conformer aux indices d'efficacité énergétique des navires existants EEDI, obligatoire pour les nouveaux navires depuis 2013, et celles à venir, EEXI et CII (carbon intensity indicator).

A.D.

Photo : Le VLOC Sea Zhoushan, affrété par Vale, a été équipé de cinq rotors Flettner du fabricant finlandais Norsepower. ©Panama ship registry