À l’instar de ses homologues, la filiale du groupe Cosco a réalisé le meilleur exercice de son histoire avec un bénéfice d'exploitation de 992 M$ en 2020. Le chiffre d'affaires et les volumes de conteneurs sont également au-delà de ses attentes.

La compagnie, acquise il y a deux ans par le géant chinois du transport maritime Cosco, avait délivré de bonnes nouvelles financières au cours des deux derniers trimestres, surtout le dernier, avec des volumes en hausse (de 30 % sur tous les trades, excepté le transatlantique) et des recettes confortables (+ 50 % dans certaines régions).

OOCL projetait en fin d’année de réaliser un chiffre d’affaires de 7,46 Md$ contre 6,2 Md$ de 2019. Elle a en réalité enregistré des revenus de 8,2 Md$ et réalisé une performance économique avec un résultat de 903 M$ contre 195,2 M$ en 2019. Son résultat brut d’exploitation (Ebit) ressort à 1,04 Md$ (contre 452 M$ en 2019) et son Ebitda (bénéfices avant charges et amortissements) à 1,45 Md$ (881 M$ en 2019). OOCL a transporté 7,5 MEVP (6,9 MEVP en 2019).

Résultats impressionnants

« Notre résultat impressionnant pour 2020 – les chiffres les plus élevés jamais enregistrés en termes de revenus, de volumes transportés et de bénéfices – a été réalisé dans un contexte sans précédent et extrêmement compliqué. Nous avons commencé l'année avec des perspectives relativement optimistes, gageant sur la première étape de l'accord commercial entre la Chine et les États-Unis, e la tendance à l'amélioration de l'équilibre entre l'offre et la demande dans notre secteur. Cependant, très vite, les conséquences mondiales de l'épidémie ont commencé à se faire sentir. Si la demande a effectivement chuté, elle n'a pas été aussi importante ni aussi longue que prévu », indique l’entreprise.

OOCL a profité, avant ses concurrentes, du fait que la Chine a été le premier pays au monde à relancer la production et à rouvrir ses portes tout en bénéficiant ensuite du boom de consommation des États-Unis et de la reprise en Europe, aidés par les plans de relance.

Douze navires en commande de 23 000 EVP

« Nos équipes ont dû gérer non seulement des variations soudaines et importantes de la demande, mais aussi d'énormes défis opérationnels. Les blocages dans certains terminaux et à différents points de la chaîne d'approvisionnement ont créé des goulets d'étranglement. L'industrie a été de surcroît confrontée à des pénuries de travailleurs dues aux mesures de distanciation sociale. Au fur et à mesure de l'introduction de nouveaux services, la congestion et la disponibilité des équipements sont devenues de plus en plus problématiques. Tous ces éléments se sont conjugués, générant des retards dans nos opérations et des difficultés dans le repositionnement des conteneurs vides. »

En dépit de ces conditions de marché, communes à l’ensemble du secteur, OOCL, dont la marque est préservée jusqu’à présent alors que les stratégies bi-marques dans le conteneur s’effacent, affirme avoir étendu sa présence sur de nouvelles routes, en desservant des marchés émergents, telle l'Amérique latine.

OOCL a 12 navires de 23 000 EVP en commande pour une livraison en 2023 et 2024. Ils sont destinés au marché entre l’Asie et l’Europe.

La rédaction

Photo : OOCL