Siège de China National Petroleum Corporation and PetroChina ©Charlie Fong

Les deux géants chinois du pétrole Sinopec et PetroChina ont fait état d'importantes pertes au premier semestre et ne sont guère enthousiastes pour le reste de l’année, l'industrie pétrochimique affrontant des difficultés sans précédent.

Le géant chinois du raffinage vient d’annoncer un déficit de 22,8 milliards de yuans (2,8 Md$) entre janvier et juin. Il y a un an, l'entreprise avait dégagé une insolente marge de 31,3 milliards de yuans (4 Md€). Une première historique, selon l'agence d'information financière Bloomberg. Sinopec n’avait pas enregistré des résultats semestriels négatifs depuis vingt ans.

Sinopec redoute encore davantage la seconde moitié de l'année. Le raffineur dit s'attendre à ce que les prix du pétrole continuent à fluctuer à un « niveau bas » compte tenu des capacités de production des pays exportateurs et de la baisse de la demande dans les pays consommateurs.

PetroChina, entité cotée du géant pétrolier public CNPC et premier producteur de brut chinois, a accusé un résultat négatif de 29,9 milliards de yuans (3,6 Md€) au premier semestre. L'an dernier à la même période, elle avait dégagé 28,4 milliards de yuans (3,4 Md€) de bénéfices. L'entreprise concède que la fin d'année sera difficile compte tenu de la conjoncture économique mondiale ainsi que d'une « concurrence plus intense » sur le marché chinois. La Chine a en effet autorisé le 1er mai les investissements étrangers affranchis d’un partenaire local dans les secteurs de l'exploration et de la production pétrolière et gazière.

La rédaction