Les taux de fret des conteneurs frigorifiques connaissent à leur tour une poussée de fièvre mais sans atteindre les niveaux de leur cousin dry dont la hausse reste inflexible. Le rapport Reefer Shipping Forecaster de Drewry a passé en revue les quinze principales routes maritimes du reefer. 

L'indice des taux de fret des conteneurs frigorifiques de Drewry – une moyenne pondérée des taux sur les quinze principales routes maritimes pour le frigorifique – a bondi de 26 % au premier trimestre en raison d'une hausse saisonnière de la demande de fret et de l'augmentation des surcharges de soute. Il s'agit de son plus haut niveau depuis le lancement de l'indice au 1er trimestre 2017, et les taux devraient encore augmenter au cours du deuxième trimestre.

« La disponibilité restreinte des équipements et la pénurie de créneaux horaires ont été les principaux moteurs de la hausse des taux de fret car le trafic frigorifique, en pleine reprise, a dû lutter pour obtenir de l'espace face au dry plus rémunérateur », indique Philip Gray responsable de la recherche sur reefer au sein du cabinet conseil britannique. Malgré les niveaux records de production de reefers ces trois derniers mois, il s'attend à ce que la disponibilité des boîtes reste serrée au cours des prochaines années.

Dans le même temps, les perturbations sur la ligne régulière ont considérablement accru la demande de navires frigorifiques spécialisés. Le commerce est si dynamique que la flotte pourrait s'agrandir cette année, rompant ainsi avec vingt ans de déclin, indique le consultant.

Epidémie attaquant les bananes

Parallèlement, la forte reprise du commerce maritime des denrées périssables devrait être atténuée cette année par la maladie fusarium TR4 qui touche la production de bananes. Les expéditions mondiales n'ont augmenté que de 1,8 % au quatrième trimestre 2020 et la croissance s'est encore ralentie depuis.

Au cours des douze derniers mois, les Philippines (deuxième plus grand exportateur de bananes) ont été particulièrement touchées, les exportations s'étant contractées de 18 % en 2020. Plus récemment, le Pérou a également signalé une épidémie de fusarium. L’Équateur voisin, le plus grand exportateur mondial de bananes, s’est mis en alerte.

Après une contraction de 0,4 % à 130 Mt en 2020, Drewry prévoit un trafic maritime de reefers de l’ordre de 2,7 % cette année et un taux de croissance annuel moyen de 4 % dans les années qui viennent.  

La rédaction

Photo : ©DR