Les pétroliers deviennent rapidement une denrée recherchée. Le marché S&P des navires-citernes est de plus en plus actif. Préférence pour les VLCC et les MR. 

Plusieurs courtiers le soulignent. Il y a du mouvement sur le marché des pétroliers de seconde main. « L'activité des navires-citernes a connu un pic au cours des dernières semaines, indique Intermodal dans son dernier rapport hebdomadaire. L’intérêt des acheteurs pour les vracs liquides a continué de croître, avec un intérêt particulier pour les MR récents et les VLCC anciens. Au total, huit transactions ont été signalées dans le segment des MR, dont la grande majorité, construite en Corée du Sud, avait moins de 5 ans ». Dans le segment des VLCC, la plupart des ventes a concerné des navires âgés de plus de 15 ans.

Dans le segment des VLCC, au cours du trimestre, quelque 25 commandes ont été passées, toutes dans des chantiers coréens, le chiffre le plus élevé depuis le deuxième trimestre 2015, lorsqu’une trentaine avaient été commandés, signale Mohamed Rabie, analyste de recherche chez Intermodal. Mais l’époque n’est plus tout à fait la meme : les revenus des VLCC se situaient alors au-dessus de 40 000 $/j alors que l'indice BDTI pour les VLCC est actuellement négatif. Pour rappel, le carnet de commandes actuel des VLCC compte environ 96 navires.

Vote de confiance

« Les commandes de VLCC, passées jusqu'à présent cette année, ont été contractées pour le compte d'acheteurs basés en Grèce, en Corée, en Malaisie et aux États-Unis, les Grecs détenant une proportion légèrement inférieure à la moitié du total. »

Pour ce qui est de leurs motivations, trois d'entre eux ont récemment vendu leur tonnage ancien et cherchent à renouveler leur flotte, tandis que deux autres cherchent à l'étendre. En outre, les trois autres parties, totalisant les commandes pour neuf navires, sont des nouveaux venus dans ce segment. Un incroyable vote de confiance pour un marché complètement déprimé depuis de longs mois.

MR également plébiscités 

« En ce qui concerne les autres segments du pétrole brut, les nouveaux contrats ont été inférieurs à la moyenne des cinq dernières années au cours du premier trimestre », relève Intermodal. Les contrats d’une petite vingtaine de MR ont été formalisés, ce qui représente le chiffre le plus élevé depuis le premier trimestre 2014.

Dans l'ensemble, les propriétaires conservent donc un sentiment positif à l'égard du marché et confronté à une flotte vieillissante, ils sont amenés à commander. « La dynamique de l'offre de pétroliers semble encore favorable pour les deux prochaines années, car le carnet de commandes total en pourcentage de la flotte continue de se situer à des niveaux bas, avec des commandes de VLCC inférieures à 10 % de la flotte en termes de tpl et à 9 % pour le reste des segments de brut », explique Mohamed Rabie.

La rédaction