L’opérateur de vraquiers a annoncé la vente de cinq autres kamsarmax, ce qui porte à 13 le nombre de navires vendus depuis l'annonce de sa reconversion dans l'éolien offshore en août.

Scorpio a conclu des accords pour les kamsarmax SBI Parapara, SBI Jive, SBI Swing et SBI Mazurka, construits en 2017 ainsi que pour le SBI Reggae, mis en service en 2016. L’ensemble de ses ventes lui a rapporté 101,5 M$. Les navires seront livrés au cours du premier semestre 2021. NaviresValue estime la valeur totale des six navires à 99,02 M$.

Dans le cadre de sa stratégie de recentrage sur l’éolien offshore, Scorpio Bulkers vend ses vraquiers à vivre allure. Depuis fin septembre, le groupe basé à Monaco, mais dont toutes les filiales sont cotées en bourse de New York, a opéré 13 transactions. Lors d'une conférence avec les investisseurs fin octobre, le PDG du groupe a détaillé son plan de sortie de ce secteur qu’il aura mis une décennie à conquérir et dans lequel il s’est imposé comme un acteur de premier plan.

300 M$

« Après des années de résultats très décevants et de faibles rendements », la compagnie a opté pour une rupture radicale mais néanmoins jugée « absolument nécessaire ». Scorpio Bulkers a enregistré un déficit de 170 M$ au cours du premier semestre. En déduisant les dettes, la vente de ses 43 navires générerait environ 300 M$ de cash, selon les analystes du marché. Soit à peine le montant d’un seul navire de services à l’éolien en mer, celui que l’entreprise vient de commander.

La rédaction

Photo ©DR