©DR

L’armateur monégasque a manifesté dernièrement son intention d’axer sa stratégie sur l’éolien offshore. Il passe à l’acte et vend un premier vraquier non équipé de scrubbers.
  
L'armateur et opérateur de vraquiers Scorpio Bulkers vient de vendre un de ses premiers navires, première étape dans la réorientation de sa stratégie récemment dévoilée et axée sur l'éolien offshore. Il a vendu le SBI Rock, un kamsarmax non équipé de scrubbers, construit en 2016, pour un prix légèrement supérieur à 18 M$.  La livraison à son acquéreur est prévue pour le quatrième trimestre 2020. Selon Scorpio, la vente devrait générer des liquidités supplémentaires d'environ 5 M$ et environ 1 M$ économisés en coûts de mise en cale sèche qui avaient été budgétisés pour le premier trimestre 2021.

Début août, l'opérateur de vrac sec avait révélé sa décision d'investir dans un navire de services, s'engageant ainsi dans un tout autre secteur que le sien. Le monégasque a en outre signé une lettre d'intention avec le constructeur naval sud-coréen DSME pour la construction de ce navire, dont la livraison est prévue en 2023. Le contrat comprend des options pour trois autres unités similaires.

« Cette vente représente une étape dans notre transition », a confirmé Emanuele Lauro, PDG, en commentant la dernière transaction. À l'issue de la vente du SBI Rock, Scorpio Bulkers disposera d'une flotte de 53 navires, dont 48 vraquiers en propriété exclusive ou affrétés et cinq kamsarmax affrétés à temps.

La rédaction