L'armateur continue inlassablement d’étoffer ses capacités. Il ajoute cette fois à son carnet de construction de nouvelles unités de 7 000 EVP, un de ses segments de prédilection. 

Encore et toujours, Seaspan continue de donner de l’emploi aux chantiers navals. Ses dernières commandes à peine passées, il en redemande. Le plus important propriétaire de porte-conteneurs au monde a contractualisé pour dix nouveaux porte-conteneurs de 7 000 EVP à 86 M$ l’unité. Ils seront livrés entre le deuxième trimestre de 2024 et le quatrième trimestre de la même année. Fidèle à sa communication, il ne communiquera pas sur les contrats d’affrètement, ni sur l’identité de la compagnie et pas davantage sur la durée de location.

Mais d’autres parlent en son nom : les contrats ont été confiés à CSSC, Shanghai Waigaoqiao Shipbuilding et sont destinés au japonais ONE. Ce dernier réticent à adopter des options de propulsion alternatives, Seaspan a donc opté pour une propulsion conventionnelle. En revanche, la durée exacte des affrètements reste une inconnue à ceci près que Seaspan s'engage sur dix ou douze ans pour ce type de tonnage.

Depuis décembre, l’armateur aura engagé la construction de 70 porte-conteneurs d'une capacité totale de 839 000 EVP. Deux segments se distinguent dans ses achats : les unités de 15 000 EVP – 26 au total – dont dix au GNL ainsi que les 7 000 EVP au nombre de 25 dont 15 au GNL. ZIM est l’un des affréteurs d’une grande part des navires propulsés au GNL.

Plébiscite pour les 7 000 EVP

Cette fois, les navires seront équipés de scrubbers. Le chantier naval n’est pas mentionné. Le propriétaire de navires s'attend à ce que les navires génèrent 1,4 Md$ de revenus bruts.

Les navires de 7 000 EVP ressortent en grands gagnants de la situation actuelle. L’entreprise confirme : « cette nouvelle commande est une preuve supplémentaire de la forte demande des clients pour cette taille de navire, qui est parfaitement adaptée pour remplacer les vieux navires de 4 000 à 9 000 EVP de la flotte mondiale. »

La rédaction