La major pétrolière anglo-néerlandaise a signé les accords pour l'affrètement de 10 très grands transporteurs de brut bicarburant avec le GNL en motorisation principale.

Les commandes ont été passées auprès du constructeur sud-coréen DSME par trois armateurs : le suisse Advantage Tankers a signé pour quatre VLCC, le singapourien AET pour trois unités et International Seaways Inc, basé à New York, pour trois superpétroliers également. Le premier devrait être opérationnel à partir de 2022 et sera affrété par Shell pour sept ans, qui promet une consommation de carburant réduite, et donc des émissions en conséquence, de 20 % en moyenne par rapport aux tankers existants. 

Les unités de International Seaways devraient être livrées en 2023. Dès leur livraison, ils seront également affrétés pour une durée de sept ans par Shell. « Nous nous attendons à ce que ces pétroliers soient bien adaptés pour se conformer aux futures réglementations environnementales tout au long de leur vie, car ils répondent à la fois à l'indice de conception d'efficacité énergétique EEDI de l'OMI et dépassent les objectifs de la phase III de 2025 d'environ 8 % », a précisé la compagnie américaine.

14 navires en service au GNL

Cette commande devrait porter la flotte mondiale de méthaniers bicarburant à 475 unités, marquant ainsi « une nouvelle étape dans le doublement prévu du nombre de navires à GNL en service d'ici à 2023 », indique le service de presse de Shell. D'ici 2023, la demande de GNL marin devrait atteindre environ 3,6 Mt, avec 45 navires de soutage en service, selon les données de la compagnie pétrolière. Elle disposera pour sa part de 14 navires en service au GNL d’ici la fin 2021 et indique que 50 % de ses transporteurs de brut affrétés à long terme seront alimentés au GNL en 2023.

Il y a quelques jours, Shell a annoncé l’affrétement d’un souteur de GNL de 5 000 m3 actuellement en construction en Espagne. Il sera opéré par le norvégien Knutsen OAS shipping.

A.D.

Photo : ©AET