Après des pertes abyssales en 2020, les majors pétrolières, d’ExxonMobil à Eni, ont renfloué les caisses. Celles qui ont déjà déclaré leurs résultats trimestriels ont déjà bien remonté la pente. Les cinq plus grandes majors mondiales avaient cumulé des pertes nettes de 77 Md$ l'an dernier.

À la faveur de l’allégement des restrictions liées à la pandémie et de l’accélération des campagnes de vaccination, l’activité économique repart et la demande retrouve de l’énergie. En témoignent les cours du pétrole : le baril de Brent de la mer du Nord a atteint en moyenne 61,1 $ au cours du trimestre, contre 50,1 $ un an auparavant et 44,2 $ en fin d’année dernière.

En conséquence, les compagnies pétrolières ont renfloué les caisses au cours du premier trimestre, totalisant près de 18 Md$ de profits : ExxonMobil (2,7 Md$), Chevron (1,38 Md$), Eni (856 M€), BP (4,7 Md$), Shell (5,7 Md$) ou encore Total (3,3 Md$). Les cinq plus grandes d’entre elles (BP, Chevron, ExxonMobil, Shell et Total) avaient cumulé des pertes nettes de 77 Md$ l'an dernier.

Raffinage dégradé

Le français Total affiche des résultats même supérieurs aux niveaux d'avant crise. Ses 3,3 Md$ de bénéfices au premier trimestre contrastent certes avec les 34 M$ engrangés un an plus tôt quand le marché était terrassé par la crise sanitaire, mais fait surtout mieux que les 3,1 Md$ du premier trimestre 2019. Le résultat net ajusté (hors éléments exceptionnels) est en hausse de 69 % sur un an, à 3 Md$ (2,8 milliards à la même période, avant crise, en 2019). 

Sa production d'hydrocarbures a néanmoins reculé de 7 % au premier trimestre suivant en cela les restrictions éditées par l'OPEP et ses alliés (OPEP+) pour soutenir les cours dans l’attente d’une reprise de la demande. À l’instar des autres compagnies pétrolières, les marges de raffinage sont très dégradées, notamment en Europe. 

TotalEnergies, nouveau nom de Total dans un mois

Le groupe a maintenu son plan d’économies de 500 M$ cette année. Il prévoit des investissements entre 12 et 13 Md$ en 2021 dont une bonne part allouée aux renouvelables et à l'électricité. Dans le cadre de son virage stratégique, Total a réalisé une série d'acquisitions au premier trimestre, notamment une prise de participation de 20 % dans le développeur indien de projets solaires Adani Green pour 2,5 Md$ ainsi que dans un projet d'éolien en mer de 640 MW en construction à Taïwan.

Pour marquer sa transformation « multi-énergies », Total deviendra TotalEnergies lors de la prochaine assemblée générale du 28 mai.

A.D.

 

Sur le même sujet