L'agence de notation financière devrait abaisser les notes de plusieurs grandes entreprises du secteur pétrolier et gazier en raison de leur faible rentabilité et de la volatilité des cours.

Les notations de neuf entreprises et de leurs filiales ont de fortes chances d’être revues à la baisse, a prévenu S&P Global Ratings. La transition énergétique, la volatilité des cours engendrée par la chute de la demande avec la crise du Covid-19 et leur faible rentabilité, accroissent les risques des producteurs de pétrole et de gaz, explique l’agence de notation internationale. Parmi elles figurent les majors américaines Chevron et ExxonMobil, l'anglo-néérlandaise Shell, la française Total ou encore la chinoise CNOOC. La note du britannique BP a en outre été assortie d'une perspective négative, une décision moins radicale signifiant qu'elle pourrait être abaissée au cours des deux prochaines années ou bien maintenue.

Changements de fond

S&P a donc estimé que les changements de fond auxquelles est confrontée l'industrie pourraient perdurer à l'avenir. Les plus grandes entreprises pétrolières ont par ailleurs affiché d'énormes dépréciations d'actifs au cours des trimestres précédents sur fond de chute des cours de l'or noir et de baisse de la consommation.

ExxonMobil a notamment inscrit une charge de 17 à 20 Md$ dans ses comptes du quatrième trimestre dernier. BP prévoit pour sa part de supprimer plus de 10 000 emplois dans l'exploration pétrolière, soit 15 % des employés, dans le cadre de sa transition verte à marche forcée.

La rédaction