Pour le groupe français d'ingénierie et de services liés à l'énergie, les projets en cours d'exécution en Russie ont représenté un chiffre d’affaires de 445,4 M€ au cours du premier trimestre. La direction générale de Technip Energies estime possible de remplir les obligations de ses contrats dans le respect des sanctions.

Le groupe français Technip Energies, issu d'une scission du groupe franco-américain TechnipFMC est très exposé à la Russie notamment en raison de ses liens avec Novatek sur le projet Arctic LNG 2, TechnipFMC ayant remporté en juillet 2019 le contrat d’ingénierie pour la conception, la construction et la mise en service du projet d’Arctic LNG 2. Un contrat d’une valeur de 7,6 Md$. L’entreprise avait déclaré il y a quelques semaines qu'elle se retirerait du marché russe après avoir épuisé son carnet de commandes actuel, programmée sur cinq ans, entre 2022 et 2026.

Technip Energies a confirmé, à l’occasion de la présentation des résultats du premier trimestre, ses objectifs financiers pour 2022, « anticipant une montée en puissance progressive » hors de la Russie en cours d'année.

Le bénéfice net du groupe d'ingénierie et services liés à l'énergie a crû de 63 %, à 72,5 M€, pour les trois premiers mois de l’année tandis que le chiffre d’affaires s’est élevé à 1,618 Md€ (+ 4 %). Les projets en cours d'exécution en Russie ont représenté 27,5 % de cette activité (445,4 M€), a précisé la société. Technip Energies anticipe pour 2022 un chiffre d'affaires de 5 à 5,5 Md€, hors contribution des projets en cours d'exécution en Russie (estimée à 1,4 Md€). 

Hervé Baudu : « le retrait européen des projets arctiques russes sera chèrement payé »

Remplir les obligations des contrats dans le respect des sanctions

« Concernant notre activité en Russie, nous nous engageons à respecter toutes les lois en vigueur, y compris les sanctions actuelles et futures, a répété le directeur général Arnaud Pieton. « Nous estimons que la position bilantielle du projet et les dispositions contractuelles seront suffisantes pour nous permettre de remplir nos obligations contractuelles dans le respect des sanctions applicables ».

Au cours du trimestre, le franco-américain a notamment annoncé trois investissements dans les marchés de l'hydrogène, de l'éolien offshore flottant et des produits biochimiques.

La rédaction

Photo : Module pour le projet Arctic LNG2