Le négociant en matières premières Trafigura et le producteur d'engrais scandinave Yara ont annoncé le 7 juin un protocole d’accord visant à fournir à l’industrie maritime un carburant sans émissions de carbone.

Yara mise sur l'hydrogène vert pour décarboner la production d'engrais azotés et l’ammoniac vert, l'un des ingrédients essentiels des engrais azotés, fabriqué avec de l'hydrogène obtenu par électrolyse, peut servir dans le transport maritime, l'ammoniac ayant la capacité de stocker l'hydrogène. 

Dans le cadre de son nouvel accord avec Trafigura, Yara sera chargé de l'approvisionnement en ammoniac « vert » (sans carbone produit à partir d'énergie renouvelable). Les deux entreprises coopéreront en R&D et étudieront la faisabilité technique d’une infrastructure de soutage ainsi que des opportunités de marché pour l’ammoniac « vert » et « bleu » (neutre en carbone produit à partir de gaz naturel mais avec captation du CO2).

Yara, très engagé dans l’ammoniac

Le fabricant d'engrais Yara est en outre associé à l’armateur danois Maersk, au chantier naval Keppel Offshore, au gestionnaire de navires Fleet Management et au conglomérat japonais Sumitomo dans un autre projet visant la faisabilité du soutage à l’ammoniac à Singapour. 

« Il existe un consensus croissant sur le fait que les carburants à base d’hydrogène seront ceux de transport du futur, mais une réglementation claire et complète est essentielle », a insisté Jose Maria Larocca, directeur exécutif de Trafigura et co-responsable du négoce pétrolier.

En décembre, Yara se disait prêt à produite 500 000 t par an d'ammoniac vert pour le secteur des transports. Son usine de Porsgrunn en Norvège pourrait être convertie à cet effet.

La rédaction

Photo ©Yara