Les taux de fret, pas plus que les épis de blé, ne montent jusqu’au ciel. C’est à en douter. Depuis fin août, ils ne manifestent aucun signe de fatigue entre les États-Unis et l'Asie. Les compagnies maritimes y déploient toujours plus de capacités.

Selon Sea-Intelligence, la capacité sur la route ranspacifique devrait être quatre fois supérieure à celle de l'Asie-Europe en décembre et huit fois plus élevée en janvier. Les chargeurs doivent s’attendre à des capacités très réduites et à des taux de fret en forte hausse dans les semaines à venir entre Asie et Europe du nord, prévient le cabinet conseil.

Les taux de fret s’orientent toujours à la hausse en raison de la grave pénurie de conteneurs et de la forte demande sur les principales routes commerciales, voie transpacifique et dans une moindre mesure ligne Asie-Europe.

L'indice du fret conteneurisé de Shanghai (SCFI) est le reflet de cette tendance. Il s’est s’envolé de 21 % vers l'Europe du Nord et de 23 % vers la Méditerranée. « Cela signifie que l’on se situe maintenant à des niveaux de taux qui n'ont plus été observés depuis début 2014. Et d'autres hausses pourraient se produire », ajoute Lars Jensen du cabinet de consulting danois, connu pour ses nombreux post sur les réseaux sociaux.

Hausse des tarifs 

Les grandes compagnies annoncent tour à tour des hausses de tarifs. Hapag-Lloyd a annoncé que le taux des FAK sur l'Asie de l'Est et l'Europe serait de 1 110 $ par EVP au 1er novembre 2020 et passera à 2 445 $/EVP au 1er décembre. « Nous pourrions donc nous attendre à une augmentation du taux Asie-Europe de 1 000 $/EVP au cours des deux prochaines semaines, ce qui porterait le taux SCFI à un niveau record », indiquent encore les analystes de Sea-Intelligence.

La rédaction

Photo ©Drewry