Deux mois après Pékin et Washington, Séoul convoque les principales compagnies de la ligne régulière alors que les taux de fret se maintiennent à un niveau élevé entre Asie et États-Unis.

Alors que les taux de fret transpacifique continuent de s’embraser et que les chargeurs peinent à obtenir de l’espace sur des porte-conteneurs chargés à plein, le gouvernement sud-coréen est intervenu auprès de neuf compagnies pour leur faire remonnter les doléances. À l’issue de la période estivale, les autorités chinoises et américaines avaient également convoqué les principales compagnies de la ligne régulière pour les inciter à modérer leur tarifs et à veiller à l’offre en capacités. Sans qu’il y eut vraiment d’effet. Seules les entreprises chinoises s’y sont astreintes.

Les transporteurs de la ligne régulière convoqués par le ministère chinois des Transports

À Séoul, le ministère des Océans et de la Pêche a rencontré neuf compagnies – HMM, SM Line, Korea Marine Transport, Sinokor, Maersk, MSC, CMA CGM, Yang Ming et Cosco – ainsi que l'association des armateurs coréens. « Toute violation ou toute modification unilatérale des termes du contrat sera examinée et sanctionnée si nécessaire », a prévenu le ministère. C'est la deuxième fois cette année que le gouvernement coréen intervient pour exprimer son inquiétude face à l'envolée des taux de fret sur le transpacifique. 

La rédaction