Equinor, RES et Green Giraffe ont annoncé le 20 juillet la création d’Océole, un partenariat dédié au développement de l'éolien offshore flottant en France. Cette alliance d’entreprises vise à répondre aux prochains appels d’offres lancés par le gouvernement français.

Equinor, qui exploite déjà des parcs d’éoliennes offshore dont Hywind Scotland d’une capacité de 30 MW et Hywind Tampen de 88MW, en cours de construction en Norvège, RES qqui a remporté l'appel d'offres pour le projet éolien offshore au large de la baie de Saint-Brieuc en 2011 et Green Giraffe, société de conseil financier spécialisée dans le secteur des énergies renouvelables (110 projets) ont annoncé leur ancrage sur le marché français.

Il prend la forme d’un partenariat qui entend participer au développement de projets éoliens flottants en France. Le consortium se positionnera notamment sur les futurs appels d’offre de la France. L’Hexagone vise les 6,8 GW de projets éoliens en mer d’ici 2028.

« Aux côtés de RES et Green Giraffe, nous sommes prêts à contribuer aux plans ambitieux du pays pour l'éolien en mer et à développer les premiers parcs flottants commerciaux français. Avec Océole, nous disposons des compétences industrielles, techniques et financières », résume Jens Økland, directeur des Énergies renouvelables chez Equinor.

Dans le cadre des appels d’offres en cours pour l’éolien flottant en France, Océole envisage le développement du projet de 250 MW prévu en Bretagne Sud et des deux projets de 250 W chacun prévus en Méditerranée.

Encore embryonnaire

Pour l’heure, l’éolien flottant en France est encore embryonnaire et se résume à des fermes pilotes. Mais un premier appel d’offres commercial a été lancé en mai par l’État, pour un parc en Bretagne (un champ de 250 MW, avant un autre de 500, au large de Belle-Ile-en-Mer et Groix), et un autre, en Méditerranée, qui fait actuellement l’objet d’un débat public afin de délimiter les zones d'accueil. 

Parmi les fermes pilotes en Méditerranée : le projet EolMed, 30 MW à 18 km de Gruissan (Aude), attendu en 2022 et en 2023, les éoliennes du golfe du Lion, au large de Leucate, et Provence Grand Large face à Port Saint-Louis du Rhône.

Au niveau mondial, 80 % du potentiel de l’éolien en mer repose sur des technologies flottantes, selon l’Agence internationale de l’énergie. En Europe, un premier parc commercial (Hywind) a été inauguré en Ecosse en 2017, pour plus de 30 MW mais le Portugal et la Norvège sont aussi avancés sur des questions. 

La rédaction

Photo : ©Equinor

Sur le même sujet