Un tanker transportant environ 1 million de barils de brut lourd iranien est arrivé ces derniers jours dans les eaux vénézuéliennes pour être livré à la plus grande raffinerie du pays, selon les données de suivi des navires.

L'Iran et le Venezuela, tous deux visés par des sanctions américaines, ont récemment élargi un accord d'échanges signé l'année dernière, en ajoutant la fourniture de brut lourd iranien à la raffinerie vénézuélienne d'El Palito (capacité de 146 000 barils par jours) et au centre de raffinage de Paraguana (connu sous le nom de CRP), dans le cadre d'un programme visant à rénover les installations délabrées.

Une unité de la société publique National Iranian Oil Refining and Distribution Company (Niordc) a signé un contrat de 116 M$ avec la société pétrolière publique vénézuélienne PDVSA pour rénover et agrandir la raffinerie El Palito tandis qu’un contrat en cours de négociation va concerner Paraguana, un complexe de deux raffineries qui compte parmi les plus grands au monde. D’une capacité de 955 000 barils par jour, CRP a fonctionné à seulement 17 % de sa capacité en avril, selon les estimations indépendantes. El Palio tourne à environ la moitié de sa capacité, principalement grâce aux équipements fournis par l'Iran.

645 000 barils

Le pétrolier Suezmax Silvia I, battant pavillon iranien et exploité par la National Iranian Tanker Company, est arrivé le 22 mai dans une zone d'ancrage près du port d'Amuay au Venezuela, qui dessert la raffinerie d'une capacité de 645 000 barils par jour, selon le document.

Quelques jours plus tôt, le navire avait été vu sur des images satellite près du plus grand port du Venezuela, le terminal Jose, selon le service de surveillance TankerTrackers.com.

Le navire était parti début avril de Khor Fakkan, dans le golfe d'Oman, et a éteint son transpondeur alors qu’il naviguait près du cap de Bonne-Espérance en direction de l'océan Atlantique, selon les données de surveillance de Refinitiv Eikon.

La rédaction

Photo d’archives