Le port belge va convertir un remorqueur portuaire à la propulsion au méthanol. Un projet baptisé Methatug qui devrait devenir opérationnel début 2022.

Selon la direction portuaire d’Anvers, le projet a nécessité des négociations pendant dix-huit mois avec les régulateurs pour obtenir son approbation. Les bateaux de navigation intérieure basés sur le Rhin doivent se conformer à la réglementation de la Commission centrale pour la navigation sur le Rhin (CCNR) qui avait auparavant interdit l'utilisation du méthanol comme carburant marin. Pour obtenir la dérogation nécessaire, le projet Methatug a donc été soumis au CESNI, le comité européen qui gère les normes générales pour la navigation intérieure.

Le port belge, qui entend devenir un port multicarburants d’ici 2025, espère que son projet contribuera à étendre l'utilisation intérieure du méthanol comme carburant marin.

Un remorqueur à hydrogène

Le méthatug fait partie de Fastwater, projet dans lequel sont associés plusieurs entreprises européennes. Le développement du projet a été financé par le programme européen de recherche et d'innovation, Horizon 2020.

Outre le Port d'Anvers qui fournit le remorqueur, plusieurs autres partenaires sont impliqués dans ce projet : la société d'ingénierie belge Multi a réalisé l'étude de faisabilité. Le constructeur naval suédois Scandinaos a pris en charge les modifications du navire tandis que la conversion du moteur et l’installation des réservoirs ont été confiées à Anglo Belgian Corporation et l’injection, à l'entreprise allemande Heinzmann.

Anvers travaille par ailleurs à la mise en service en 2023 d'un remorqueur à hydrogène qui utilisera une combinaison d'hydrogène et de diesel pour ses moteurs.

La rédaction

Photo : ©port d’Anvers