Le ministère russe de la Défense a affirmé qu'un patrouilleur de la marine russe a ouvert le feu sur le vraquier Apache et l'a endommagé dans la mer d'Azov. Selon le commandement militaire russe, le navire détenu et géré par une compagnie turque cherchait à évacuer des mercenaires et extrémistes ukrainiens.

Le porte-parole du ministère russe de la Défense, Igor Konashenkov, a affirmé ce week-end qu'un patrouilleur de la marine russe avait ouvert le feu sur le vraquier Apache. Le navire a essuyé un feu d'artillerie qui a mis le feu à sa poupe.

Le vraquier avait quitté la Turquie en mars avec pour destination Bari en Italie et est arrivé au port russe de Rostov-sur-le-Don le 8 avril. Son signal AIS n'a été reçu que par intermittence pendant son séjour dans la mer d'Azov, si bien que son parcours est confus. Il est impossible de retracer la trajectoire du navire car tous les navires marchands naviguant vers/depuis les ports russes dans la mer d'Azov éteignent leur AIS pendant le transit en mer d'Azov. Ils doivent se déplacer en convois, escortés ou sous contrôle de la Marine.

Il est donc impossible de confirmer ou d'infirmer qu'il y a réellement eu une tentative de vouloir briser le blocus de Mariupol et d'atteindre le port assiégé depuis plus d’une mois comme le laisse entendre le commandement militaire russe.

Bataillon Azov

Selon les forces russes, l'Apache, détenu et géré par la compagnie turque Misha Shipping et battant pavillon maltais, est un navire ukrainien qui tentait d'évacuer des représentants du bataillon ukrainien Azov de Marioupol. Le bataillon Azov est désigné par les forces russes comme une unité militaire d'extrême droite que la propagande russe classe dans la mouvance « nazie » selon sa terminologie. Le navire devait être conduit au port russe d'Eyesk, sous escorte militaire, « pour enquête ». Selon les militaires, il n'y a eu aucune victime ni blessé.

La semaine dernière, les forces russes avaient également bombardé le conventionnel Azburg, qui a fini par sombrer après qu’un incendie se soit déclaré. Ce nouvel incident porterait à sept le nombre d’attaques russes contre un navire de la marine marchande depuis le début de l'invasion en février. Mais d’autres sources font état d’une dizaine de cibles. 

Le chef des séparatistes prorusses de Donetsk a affirmé pour sa part le 11 avril que ses troupes avaient conquis entièrement la zone portuaire de Marioupol. Selon cette source, les dernières grandes poches de résistance ukrainienne se concentreraient désormais uniquement autour du complexe métallurgique d’Azovstal et et Azovmach, situé dans l’environnement du port incroyablement résistant.

A.D.

Photo : Trajectoire de l’Apache retracé par FleetMoon.