274 est le nombre de nuits que Royal Caribbean propose de passer à bord d’un de ses paquebots pour une croisière mondiale record dont la première inaugurale est prévue en décembre 2023 sur le Serenade of the Seas.

Partir en croisière pour un an ou pas tout à fait. Royal Caribbean International vient de présenter le programme de ce qui va sans doute s’imposer comme la croisière la plus longue au monde et pour la compagnie aux 52 ans d’existence comme « la croisière mondiale des croisières mondiales ». C’est notamment ce qu’a exprimé Michael Bayley, président et PDG de RCI. « Aujourd'hui plus que jamais, les gens ont résolu de parcourir le monde et de rattraper le temps perdu », est-il convaincu.

Le Serenade of the Seas (capacité de 2 143 personnes, 832 membres d'équipage) partira de Miami, en Floride, le 10 décembre 2023, visitera les sept continents, avec plus de 150 destinations dans 65 pays. Mais prudent, Royal Caribbean a segmenté son offre pour ceux qui manqueraient de temps.

Fascination

Les longues traversées ne sont pas nouvelles dans le secteur. Les grandes traversées transatlantiques des liners ont gardé intact leur pouvoir de fascination. Actuellement, sur le marché, les offres vont d’une centaine de jours jusqu’à 130 voire au-delà sur le segment ultra-luxe du secteur. À l’instar de Regent Seven Seas Cruises avec sa proposition à 143 jours (départ en 2023) ou Oceana Cruises, de 218 jours, également prévu à l’embarquement en 2023.

Il existe toutefois un précédent mais le timing n’était pas le bon. Le Viking Sun, au départ de Greenwich, en Angleterre, était parti en 2019 initialement pour 245 jours. Le coronavirus, qui a conduit à la suspension des activités mondiales en mars 2020, l’a assigné à quai alors qu’il restait deux mois pour finaliser son tour du monde.

Signal positif 
C’est un signal positif pour ce marché alors que cette jeune industrie a été littéralement fauchée par la crise sanitaire dans sa dynamique de croissance constante ces dernières années. Tous les pays n’ont pas encore complétement ouvert les frontières. Les croisiéristes sont donc encore contraints de jongler avec les restrictions sanitaires de mobilité et d’adapter leurs programmes. Mais peu à peu, les choses se délient. Les paquebots retrouvent le goût de l’eau. Et la croisière a l’avantage de compter sur une clientèle acquise.

RCI a actuellement 14 paquebots en service tandis que trois autres devraient reprendre leurs opérations d'ici décembre. 

A.D.

Photo : ©DR