L'organisation caritative britannique Justice Upheld s'adresse au vice-président et premier ministre des Émirats arabes unis, H. H. Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum pour lui demander instamment qu'une solution soit trouvée pour des marins en détresse abandonnés sur des navires. Une pratique considérée comme un stratagème...

 

L'organisation caritative britannique Justice Upheld a lancé une pétition en ligne pour les 40 marins,  dont des ressortissants indiens philippins et africains, sont bloqués au port de Sharjah aux Émirats arabes unis sur trois navires distincts, tous détenus par la même compagnie maritime, Elite Way Marine Services EST, basée à Dubaï. La pétition s'adresse au vice-président et premier ministre des Émirats arabes unis, H. H. Sheikh Mohammed bin Rashid Al Maktoum pour lui demander instamment qu'une solution soit trouvée pour ces marins en détresse, privés de salaires et de papiers d'identité, abandonnés à bord des navires dans de mauvaises conditions.

La pratique est considérée comme un stratagème utilisé par certaines compagnies maritimes des États du Golfe pour éviter de payer les salaires des travailleurs migrants. "L'intention est clairement d'exploiter les travailleurs migrants. C'est de l'esclavage moderne (...) Des entreprises comme Elite Way Marine Services doivent rendre compte de leurs actes, et ne peuvent pas se comporter en toute impunité", est-il écrit dans la pétition.

Les marins abandonnés ont fourni des images de leurs conditions de vie alors qu'ils cherchent désespérément à obtenir l'approbation et le paiement des salaires impayés.

L'Autorité fédérale des transports (FTA) des Émirats arabes unis, informée, a intenté une action en justice et interdit Elite Way Marine Services EST aux Émirats arabes unis. Le propriétaire et les gestionnaires des navires ont indiqué à l'autorité qu'ils avaient l'intention de vendre les navires pour résoudre le problème, mais ils ne l'ont pas encore fait. Selon la FTA, il y aurait eu une réduction significative des cas d'abandon des gens de mer aux EAU. L'autorité a rendu les assurances obligatoires envers les gens de mer dans les EAU, mesure applicable à tous les navires battant pavillon des EAU, à ceux titulaires d'une licence de navigation délivrée par la FTA et à ceux faisant escale. Par conséquent, les agents maritimes doivent s'assurer que les navires se conforment à la résolution, sinon ils seraient responsables en cas d'abandon d'équipage.

La rédaction