L’exécutif italien a tranché en décidant d'interdire temporairement l'accostage des grands paquebots dans la cité des Doges. Lorsque les croisières reprendront du service, les navires seront détournés vers le port industriel de Marghera.

Le débat de longue haleine sur la présence des navires de croisière sur les voies navigables de Venise a pris un nouveau tournant le 25 mars lorsque le gouvernement a décidé d'interdire « temporairement » l'accostage des grands paquebots dans la cité des Doges « afin de protéger un patrimoine historico-culturel non seulement italien mais du monde entier », ont insisté les ministres de l'Environnement, de la Culture, du Tourisme et des Infrastructures.

Les paquebots seront désormais détournés vers le port industriel de Marghera situé à une quinzaine de kilomètres de la ville. Il ne sera plus question de transiter par le canal de Giudecca qui longe la célèbre place Saint-Marc et d'autres lieux historiques. L’entrée se ferait désormais par la passe de Malamocco, actuellement empruntée par les navires marchands.

Caractère temporaire

Les associations environnementales réclamaient depuis longtemps l'interdiction pour les navires d'accoster à Venise. Elles avaient déjà obtenu la limitation de la taille de ceux autorisés à pénétrer dans la lagune. Ville classée au patrimoine mondial de l'Unesco, Venise cherche des solutions à la montée des eaux qui inondent fréquemment le centre historique de la ville. Les ONG accusent le transport maritime de contribuer à la dégradation de certaines des structures les plus anciennes et d’engendrer une pollution visuelle.

Le caractère temporaire n’a pas été davantage précisé. 

La rédaction

Photo : ©DR