Le président russe Vladimir Poutine n'ira pas à Glasgow pour la conférence mondiale sur le climat. C’est en octobre 2019 que Moscou avait ratifié l'Accord de Paris. Le 4 novembre dernier, alors que les États-Unis s’en retiraient, la Russie avait pris de nouveaux engagements climatiques.

Vladimir Poutine ​ne se rendra pas au G20 en Italie, avait précédemment indiqué le Kremlin. Le président russe « n’ira pas non plus à Glasgow » en Écosse où doit se tenir à la conférence mondiale sur le climat COP26. Cette décision a été rendue publique le 20 octobre par le Kremlin, qui assure que le dossier climatique restait « une des plus grandes priorités de la politique étrangère » de la Russie.

L’un des grands producteurs mondiaux d’hydrocarbures, tête de pont de l’Opep+ et extrêmement dépendant des énergies fossiles, vise pour autant la neutralité carbone d'ici 2060. Selon le quotidien Kommersant, l’exécutif russe préparerait une nouvelle stratégie environnementale avec des mesures plus musclées pour réduire les émissions de gaz à effet de serre. 

Plus engagé 

Selon ce plan, Moscou entend diminuer ses émissions de près de 80 % d’ici 2050, notamment en abandonnant progressivement le charbon comme source d’électricité au profit de l’énergie nucléaire, entre autres.

C’est en octobre 2019 que Moscou avait ratifié l'Accord de Paris. Le 4 novembre dernier, alors que les États-Unis quittaient officiellement l’Accord de Paris, la Russie avait pris de nouveaux engagements climatiques, en oubliant un décret visant une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 30 % d'ici 2030. Le quatrième plus grand pays émetteur mondial de gaz à effet de serre a ensuite ordonné au gouvernement d'élaborer et de ratifier une stratégie de développement socio-économique jusqu'en 2050 qui puisse aller de pair avec un faible niveau d’émissions de gaz à effet de serre.

Plutôt climatosceptique, Vladimir Poutine s’est donc récemment montré plus engagé. Ses positions se sont infléchies sous l’effet de la multiplication de catastrophes naturelles sur son vaste territoire : dégel du permafrost, feux de forêts, canicules, inondations...

A.D.

Photo : ©Kremlin

Sur le même sujet