Plus de 14 mois après le naufrage du X-Press Pearl au large de Colombo, le Sri Lanka a reçu 2,5 M$ en compensation provisoire alors que le gouvernement poursuit ses actions en justice. Les assurances ont jusqu’à présent versé 3,6 M€.

Parti de l'État indien du Gujarat, le porte-conteneurs de 2 700 EVP de l’opérateur de feeders X-Press Feeders, enregistré sous le pavillon de Singapour, était au large de Colombo, la capitale du Sri Lanka, lorsque le feu s'est déclaré à 14 km au large des côtes le 20 mai. 

Les efforts et les moyens déployés – ceux de la société néerlandaise SMIT, les neuf navires sri-lankais, trois navires indiens et des avions de l’Air Force du Sri Lanka – auront été vains pour venir à bout de l'incendie. Le feeder, âgé d’à peine trois mois, va errer en flammes pendant quinze jours avant de sombrer à 22 m de profondeur et à 11 km au large de la capitale du Sri Lanka le 2 juin 2021, « causant la plus grande catastrophe environnementale de l'histoire du Sri Lanka », selon l’autorité sri-lankaise de protection de l'environnement marin (MEPA). 

Sommes dérisoires

Alors que le Sri Lanka demande 40 M$ en dédommagement pour la pollution massive provoquée par l’incendie et le naufrage, la compagnie d'assurance a versé jusqu’à présent 3,6 M€ en compensation à titre provisoire. Colombo a indiqué qu'ils seront distribués à plus de 15 000 pêcheurs, « privés de leur outil de travail ».

Les autorités ont en outre investi plus de 260 000 $ pour le nettoyage des plages. Plus de 1 600 t de déchets et de produits chimiques rejetés par le navire ont été stockés. Mais les autorités font valoir que le nettoyage reste très complexe, notamment en raison de la diversité des polluants impliqués (fuel, produits chimiques dangereux et des plastiques) et « du manque de clarté » sur la nature d'une part importante de la cargaison du navire. 

Les travaux d'enlèvement des sections du X-Press Pearl – fissuré au niveau du tronçon central – devraient reprendre, après la mousson, alors que depuis la fin de l'année dernière, les débris ont été retirés. X-Press Feeders a passé un contrat avec Shanghai Salvage Company pour l'enlèvement de l'épave en deux sections et tous les débris seront traités et recyclés, indique l’armateur.

La rédaction