Le sous-secrétaire d’État aux Infrastructures et aux Transports qui démissionne, le président de la région sicilienne mis en examen pour corruption et un important armateur derrière les barreaux, le nouveau scandale qui secoue la péninsule italienne a pour décors cette fois-ci un endroit inhabituel : le milieu portuaire. Dans cette affaire, l’armateur ettore Morace, patron de Liberty Lines (la première compagnie d’hydroptères européenne dotée d’une flotte de 33 navires rapides), est...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous