Les ports peuvent difficilement faire l’impasse sur leur empreinte carbone alors que l’industrie du transport maritime est sommé avec empressement de montrer « patte verte ». Fournir de l’énergie électrique côté terre à un navire à quai pour alimenter ses moteurs auxiliaires, qui régissent les équipements de manutention et autres services à bord (climatisation, chauffage, éclairage, frigos…), a émergé ces dernières années comme une des solutions aux...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous