Le trajet qui doit conduire la SNCM à sa privatisation ne s’effectue pas sans écueils. Veolia-Transport, qui dirige la manœuvre avec Butler Capital Partners, montre des signes d’inquiétude sur au moins deux points fondamentaux. Le premier concerne le montage financier. Le bilan de l’exercice 2005 devrait révéler une perte d’une trentaine de millions d’€ au lieu des 22,5 millions envisagés à l’automne. C’est autant qu’en 2004, parce que l’État ne remboursera pas en 2005 les...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous