La compagnie japonaise, qui contrôle le terminal Terlogs à São Francisco do Sul depuis 2011, s’intéresse de très près à ce dispositif portuaire. En janvier, Marubeni a finalisé un premier projet qu’il a soumis au gouvernement fédéral. Sa proposition comprenait la construction d’un nouveau bassin destiné à doubler le volume de céréales transporté par Marubeni, via le port de São Francisco do Sul, la construction de trois silos et la modernisation des voies de chemin...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous