Le point de fixation du mécontentement se trouve au bassin de Saint-Nazaire. « Le pont-levant du Pertuis est en vrac depuis un mois. Les départs en retraite n’y sont pas remplacés », dénonce la CGT. Mais elle met en cause, de façon générale, l’insuffisante maintenance des installations, faute de financement pour les missions régaliennes de l’État. « Pour pallier ce manque de budget, la variable d’ajustement c’est la réduction de la masse salariale », ajoute-t-elle. Dans...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous