Un mois. C’est le délai que la CGT (portuaire, manutentionnaire et des dockers) « accorde » au port, après une première journée de grève, le 10 octobre, pour présenter les investissements nécessaires, selon elle, à la préservation des infrastructures et au développement des emplois portuaires. Dans un communiqué unique, le port a rappelé les 154 M€ investis entre 2009 et 2014, ajoutant que « l’effort devrait se poursuivre entre 2015 et 2020 » dans le cadre du contrat...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous