Organisée par l’Union des conseils des chargeurs africains (UCCA), ces journées ont été l’occasion de débattre de la nécessité de mieux harmoniser le cadre juridique, d’avoir une flotte africaine, d’étendre les comités de facilitation, de promouvoir les guichets uniques et de trouver des solutions contre les taux de fret trop élevés en Afrique. Premier obstacle évoqué, donc, le manque d’harmonisation de la législation. S’il existe bien en Afrique centrale un...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous