« Nos informations laissent à penser qu’après fin février, la trésorerie de l’entreprise ne sera pas en mesure d’en assurer le financement » durant les six mois de la période d’observation décidée par le tribunal de commerce lors du placement de la SNCM en redressement judiciaire, écrivent, dans une lettre au Premier ministre Manuel Valls, cinq parlementaires ayant participé à la réunion. « Nous n’accepterons pas silencieusement la catastrophe qui s’annonce...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous