Alors que la présidente Dilma Rousseff vient d’être réélue, l’Association brésilienne des terminaux portuaires (ABTP) réclame, par le biais de son président Wilen Manteli, une « politique portuaire plus claire », ainsi que la création d’une agence autonome afin d’administrer les voies d’eau du sud du Brésil. Selon des calculs préliminaires divulgués par l’association, 1 milliard de réaux environ (soit 312 M€) serait perdu chaque année lors de l’...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous