Toujours en baisse, mais convaincu de son potentiel de croissance, le Grand port maritime de Marseille (GPMM) refuse de céder à la morosité. L’analyse détaillée des trafics donne néanmoins à la direction des raisons d’espérer. « La baisse est exclusivement due au secteur des hydrocarbures. Toutes les autres filières sont en croissance », a souligné Christine Cabau Woehrel, présidente du directoire du GPMM, lors de la présentation des résultats le 12 janvier à Paris. De...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous