Si la prise de conscience des menaces que représente la cybercriminalité est lente dans le monde maritime et portuaire, leurs représentants ne pourront pas dire qu’ils n’étaient pas informés (voir JMM du 16/1, p. 10). Ainsi, le quotidien La Libre Belgique a publié le 25 octobre 2013 un article détaillé sur la façon dont l’informatique portuaire du port d’Anvers a été « piratée » par des trafiquants de drogue basés aux Pays-Bas (un simple hasard, n.d.l.r.). C’est...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous