La surcapacité sur la plupart des routes maritimes conteneurisées a deux origines. D’une part, l’espoir vain des compagnies de retrouver le temps « béni » d’avant la crise et le changement de structure de l’industrie mondiale. Nils Andersen souligne que les grands groupes européens relocalisent leurs sites de production en Europe centrale, au plus proche de leurs clients. Dans le même temps, pour les mêmes raisons, leurs homologues nord-américaines les rapatrient soit aux États-Unis, soit au Mexique. Le...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous