Le livre Infrastructures, transports et mobilité territoriale, édité par la fondation Perseu Abramo, critique ouvertement les effets de la loi portuaire approuvée par Dilma Rousseff en 2013, censée doper le secteur. Selon cet ouvrage, le port de Santos sera totalement « déshydraté » d’ici dix ans en raison de la concurrence inégale avec les terminaux d’usage privatif (TUP). D’un côté, explique l’ouvrage, les ports publics continueront d’être soumis à une « s...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous