Le rapport annuel de Shipbreaking Platform a été publié le 26 janvier. Un caillou dans la chaussure des armateurs peu soucieux de la fin de vie de leurs navires. Des grands noms du monde maritime apparaissent dans la liste des compagnies les moins scrupuleuses. Nous ne pouvons qu’adhérer aux revendications de Shipbreaking Platform sur les conditions de déconstruction de ces unités. La démolition des navires sur les plages indiennes demeure une roulette russe pour les ouvriers. Le sable indien est si fin qu’il crée un risque...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous