Dans sa plus récente évaluation de la situation, Drewry estimait les pertes de 2016 à près de 6 Md$. Niveau résultant d’une part d’une baisse des taux continue plus importante que celle des coûts de transport, et d’autre part de coûts supplémentaires (désarmements plus ou moins longs de navires, repositionnements des vides et frais de fusion-acquisition). Des taux de fret plus « fracassés » qu’anticipés Au regard des résultats de neuf compagnies maritimes cotées en...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous