Gros importateur de bois du Nord, et donc nécessairement lié à la situation de l’industrie du bâtiment – mais également à la situation dans le domaine de l’agriculture avec les importations d’aliments pour bétail d’une part et la fabrication d’engrais par le groupe Roullier d’autre part –, le port malouin limite plutôt bien la casse. Il a réalisé au premier trimestre, hors fret ferries à destination de la Grande-Bretagne ou des îles anglo-normandes, un total de 267...
Pour poursuivre la lecture de ce contenu, abonnez-vous dès maintenant

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous