À Bruxelles, « s’il existe bien des trafics fluviaux, ferroviaires et même maritimes, il ne s’y passe actuellement aucun trafic fer/eau direct », explique Valérie Tanghe, directrice marketing et développement du port. De tels trafics ont été courants jusqu’à il y a une trentaine d’années, quand de grands acteurs industriels du sud du pays utilisaient Bruxelles comme « avant-port maritime » pour leurs exportations de produits métallurgiques vers le reste de l’Europe. Plus r...
Cet article est réservé aux abonnés. Le contenu de ce site est le fruit du travail de la rédaction pour délivrer une information de qualité et exclusive. Cette mobilisation a un coût et est financée par le revenu généré par la publicité et l'abonnement. En vous abonnant, vous contribuez à cette chaîne de valeur et assurer la pérennité de notre média. Découvrez nos offres.

Logo Journal Marine Marchande

Je m'abonne

Déjà abonné ? Identifiez-vous